AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DU JEUNE BOURAMA COULIBALY GRACE A L’APPUI FINANCIER DU SFD PARTENAIRE SORO YIRIWASSO POUR LE MARAICHAGE SUR LE CHOU POMME
Situation d’avant-projet inclusif Bourama Coulibaly est un jeune de 38 ans domicilié dans le village de Seydoubougou dans la commune de Koutiala. Pour ne pas partir à l’aventure laissant sa femme et ses 5 enfants derrière lui, Il a choisi de faire du maraichage malgré la faiblesse de ses moyens financiers. Tant bien que mal avant l’arrivée du projet inclusif dans le village de Seydoubougou en octobre 2020 Bourama s’évertuait de se débrouiller avec un capital de 100 000f pour acheter les semences de chou pommé et prendre les autres charges de production comme l’achat d’herbicides. Mais il manquait toujours de fonds pour acheter de l’engrais pour accroitre sa production et manquait d’engouement pour faire de l’engrais organique à travers le processus de compostage. Dans ce contexte précaire de mise en œuvre, son activité ne lui permettait donc pas une indépendance financière pouvant lui apporter quiétude d’esprit et assurance sociale. Son revenu par production à cette époque ne dépassait guerre 50 000f après retrait des dépenses faites. Avec le projet inclusif En étant membre du groupement Djiguifa de Seydoubougou Bourama a bénéficié de l’ensemble des paquets d’accompagnement des groupements démunis au nombre des quels il y a la mise en relation avec les institutions de micro finance et une formation par rapport aux procédures et critères d’accès aux produits et services de ces caisses rurales. Avec le groupement Djiguifa Bourama a obtenu un prêt de 50 000f en juin 2021 avec la caisse soro yiriwasso ayant comme seul objectif d’acheter de l’engrais pour accroitre sa production disposant déjà d’un fonds de 60 000f pour les semences et les herbicides.
L’impact direct de cette activité sur la vie de Bourama se résume après remboursement de son prêt au niveau de soro yiriwasso :  L’achat d’une moto Jakarta occasion pour son propre déplacement  Cimenter l’intérieur de sa maison jusqu’à lors non cimenté Ces deux éléments constituent des indicateurs d’épanouissement personnel du membre du groupement liés à l’appui que la caisse a apporté à travers son financement. Pour améliorer encore plus son activité le jeune maraicher compte adopter certaines techniques apprises lors des sensibilisations sur les mesures d’adaptations aux changements climatiques notamment le compostage pour amoindrir le cout de sa production et préserver la nature. Il compte également ouvrir son compte personnel au niveau de la caisse Soro Yiriwasso pour pouvoir diversifier ses activités notamment à travers l’initiation d’un petit commerce. Voici son compte d’exploitation simplifié