Très engagée, Bagnon Coulibaly  est la  présidente du GD Sabougnouman du village de Koro  Bougoura, un village de la commune rurale de Djèguèna. Le GD a été mis en place  par le projet Inclusif en 2019-2020 qui assure son accompagnement par le biais de l’ONG AMAPROS chargée de sa mise en œuvre. Ménagère de son état, Bagnon Coulibaly menait le petit commerce de mil, de haricot, de corbeilles et d’autres céréales depuis des années. D’après elle, son rêve a toujours été de devenir un jour une grande commerçante de la place. Mais faute de moyens, elle n’y est pas parvenue malgré son courage et sa détermination à travers ses  multiples tentatives. Lorsqu’elle a été informée de l’arrivée du projet Inclusif dans son village par le biais d’une assemblée générale organisée par le conseil villageois à la demande de l’agent du projet, elle forma tout de suite un GD avec les autres femmes de son quartier pour nouer le partenariat avec Inclusif.

Ce  groupement de 35 femmes, après sa formalisation et sa mise en relation avec la caisse Soro Yiriwasso le 16/03/2020 a bénéficié d’un premier prêt de 930 000 Francs  auprès de la caisse partenaire juste après l’hivernage. Pour développer son petit commerce, Bagnon a eu à prendre 250 000 Francs sur le montant global de ce prêt alloué au GD. C’est ainsi qu’elle s’est mise dans l’achat et le stockage du mil, riz, haricot, fonio, arachide et autres produits divers locaux pour la revente à la période de disette. Le bénéfice sur la revente de ces produits lui ont permis de se lancer à la conquête d’autres marchés voisins.

Dans le souci de mieux réussir son commerce, Bagnon donne de l’argent aux petits revendeurs des villages voisins qui lui achètent les produits à bon prix et les transportent jusque chez elle. Aussi, doit-on rappelé que le mari de Bagnon qui fut toujours favorable à ses activités commerciales l’appui dans l’acheminement de ses produits au bord du Goudron situé à quelques quatre kilomètres du village. Toute chose qui lui facilite d’emprunter les véhicules forains  pour aller dans les foires  des communes de Bla et de Koutiala.

Depuis l’acquisition du prêt contracté auprès de Soroyiriwaso par le groupement Dembagnouman, Bagnon Coulibaly n’a cessé d’innover ces activités par l’achat et la revente  des corbeilles qui est une activité très porteuse  du milieu. Les hommes confectionnent ces corbeilles avec la matière locale et les vendent aux femmes à bon prix. Celles-ci les revendent à un prix bien rémunéré pendant la période de la vente des tomates.

Le partenariat du GD avec le projet Inclusif à travers le prêt obtenu auprès de  Soroyiriwaso a permis à Bagnon d’améliorer considérablement ses conditions de vie  et celle de toute sa famille. Des cinq enfants qu’elle a dont deux(2) sont  au lycée, Bagnon parvient à assurer correctement leurs habillements et autres petits besoins ainsi que ceux de son mari. Aussi, de son commerce, elle est parvenue à réhabiliter sa maison de  banco en ciment et de changer la toiture qui était en bois, en tôle. De l’arrivée du projet Inclusif en 20219 à ce jour, les activités commerciales de Bagnon ne cessent de grimper lui donnant du coup une considération  sociale  de premier rang dans son village.

Garder son courage et  sa persévérance et avoir l’appui constant de son mari voire celle de toute sa famille  seront très déterminants quand à la poursuite de l’ascension de la dame Bagnon comme commerçante. Ce cas de la dame Bagnon peut servir de source d’inspiration pour d’autres femmes d’autres localités qui sont en manquent de soutient financier pour émerger. Il s’agira pour elles de faire comme Bagnon en ayant le courage et la détermination et d’être prêtes à saisir toutes les opportunités qui s’offriront à elles dans leurs localités respectives.

Les  principaux enseignements  qu’on peut tirer ici sont :

. A cœur vaillant, rien d’impossible, cela veut dire qu’il faut avoir un objectif ferme dans la vie et être prêt à affronter tous les obstacles qu’on pourrait rencontrer sur son chemin ;

. Avec peu, on peut aller au  sommet : Ceci veut dire que si on ne perd pas le courage et la patience, on y parviendra un jour ;

. C’est en forgeant qu’on devient forgeron : cela veut dire que c’est dans l’exercice que nous parvenons à bien se former.

Pour consolider les acquis, il reste pour Bagnon de se doter du matériel roulant indispensable au transport de ses marchandises (sacs de mil, d’arachide, de fonio, de haricot ainsi que les rouleaux de corbeilles qu’elle doit acheminer au bord du Goudron). D’après elle, le meilleur outil propre au milieu pour ce faire est la moto taxi à trois roues(Katakatani).