Résumé de la bonne pratique

Dans le but de pérenniser les activités du projet, la direction et les acteurs de mises en œuvre sur le terrain ont initié une approche de pair éducation des relais communautaires. Après leur identification et leur formation sur les thématiques suivantes : notions d’approche relais, qualités d’un relai, rôles & responsabilités d’un relais et la planification.  Les relais formés ont bénéficié d’un coaching afin d’accroitre leur capacité dans le suivi de proximité des groupes démunis. Il faut le signaler que cette approche à relever d’une importance capitale et à démontrer son efficacité sur le terrain à travers quelques résultats notamment dans le suivi de remplissage des outils de gestion et dans l’orientation et l’accès aux services financiers des GD.

Cette bonne pratique se situe dans la catégorie des bonnes pratiques socio-organisationnelles. L’avantage de cette bonne pratique, elle couvre tous les secteurs tels que l’agriculture, l’élevage, l’environnement, la santé et les services.

Afin de donner une visibilité à cette approche, des mesures vont être prise pour la mise en place d’une association des relais communautaires et également nous avons suggéré de créer un groupe WhatsApp des relais de la zone pour ceux qui disposent des téléphones androïdes. Ces deux mécanismes permettant de créer un cadre opérationnel de renforcement des relais en paire éducation. En perspective le développement d’un guide de relai et d’autres outils pédagogiques (boites à images) viendrons les autres mécanismes.

Contexte

L’initiative de cette approche de pair éducation a vu le jour lors d’un atelier de formation organisé à l’intention des relais par l’ONG ASSAFE dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet INCLUSIF. Plus précisément Monsieur Seydou DIARRA du village de Pentiérébougou dans la commune de Nossombougou, exerçant cette fonction depuis plus de vingt dans son village avant même l’arrivée des ONG dans la zone, témoigne qu’un relai doit être courageux et patient et qu’il exerce les activités qui sont bénéfiques pour le village de manières volontaires et ne reçoit pas de rémunération. Il précise également que la mise en place du relai est justifiée par le souci de pérennisation. Encourager par ses paires Monsieur DIARRA a été invité à partager ses expériences avec les autres relais. Pendant les échanges il a été retenu de mettre en place de cet espace d’apprentissage entre les pairs.

                                                     

Stratégie de mise en œuvre de la bonne pratique

L’approche de formation en paire éducation est un système professionnel (apprentissage) et de valorisation fondé sur une formation des relais fréquemment remise à jour et des visites régulières sur le terrain auprès des groupes démunis. Elle repose sur les principes suivants:

  • Le développement du professionnalisme des relais communautaires (capables d’identifier les problèmes des GD et y proposer des solutions).
  • La formation régulière et continue des relais en vue d’améliorer ses connaissances et sa compétence.
  • L’organisation du travail pour améliorer l’efficacité du travail des relais.
  • L’établissement d’un calendrier de travail précis.
  • Les visites régulières aux GD et aux relais par les agents.

Pour la mise en œuvre de l’approche prometteuse les relais communautaires ont voulus se doter d’un cadre organisationnel. Tout abord chaque relais rapporte les activités réalisées selon le planning établit préalablement. Pendant la réalisation de ses activités les difficultés rencontrées sont exposées aux paires. Et les activités se rapportent sur les paquets d’activités du projet à savoir :

  • Education financière et numérique (épargne et crédit) ;
  • Education environnementale ;
  • Education nutritionnelle ;
  • Genre et Egalité des sexes, Jeunes et Inclusion sociale, etc.
  • Assure le suivi socio-économique des AGR.Résultats actuels

Cette approche à relever d’une importance capitale et à démontrer son efficacité sur le terrain à travers quelques résultats notamment dans le suivi de remplissage des outils de gestion et dans l’orientation et l’accès aux services financiers des GD. Parmi les résultats ont peut citer :

  • La tenue correcte des outils de gestion des groupes démunis ;
  • La tenue régulière des assises des groupes démunis ;
  • L’intermédiation financière entre les GD et les SFD qui a permis d’augmenter le montant des crédits ;
  • Le nombre de bénéficiaires de crédit à augmenter ;
  • L’appropriation des activités du projet avant même son retrait ;
  • L’animation des thématiques sur le crédit et l’épargne ;
  • La sensibilisation sur le post-investissement pour faciliter le remboursement des crédits.

Effets/Impacts

Pour être efficace, cette approche de pair éducation s’est adaptée aux conditions locales notamment le relai est issus du groupe démunis et/ou de la communauté peut importe son genre qu’il soit féminin et masculin. Cette approche a permis également à bon nombre de groupements d’être favorable ou de changement de comportement par rapport aux crédits et épargnes. En plus elle a aussi permis de rénouer la confiance entre les GD et SFD qui était ébranlée par le passé. Elle peut être adoptée dans toutes les situations et contextes de développement.

                                             

Photo : un relais en situation d’animation sur l’épargne et le crédit à Bamabougou/Tioribougou

Facteurs de durabilité et de reproductibilité

Dans le cadre de la capacitation socioéconomique des groupes démunis, cette bonne pratique prometteuse qui prend en compte les facteurs endogènes peut être reproduire dans tous les contextes eu égard des résultats qu’elle a produite dans la mise en œuvre des activités. Elle s’inscrit dans la durée car le relai issu du groupe démunis assure la facilitation et le suivi de proximité des GD.  

Principales leçons apprises

En conclusion nous pouvons retenir comme principale leçon que cette approche est très efficace. Elle permette d’assurer la pérennité des actions du projet au sein des communautés rurales. Des expériences très enrichissantes produites par les paires en éducation financière seront mises à l’échelle en vue d’une large diffusion au sein de groupes cibles.

Défis

Pour consolider les acquis il serait opportun de mettre en place une association locale des relais communautaires dans le cercle de Kolokani.

Contact :

Projet de Financement Inclusif des Filières Agricoles au Mali Tél. 20207391 – Fax: 20207394 – BP: E4610 – Email: ucg.pmr@afribonemali.net, dc.projet@inclusifmali.org Magnambougou Faso Kanu – Rue 30 – Porte 76 – Bamako – Rép. Mali