APERÇU SUR « GDJ YELEEN>>

<<Yeleen>> est un groupement démuni du village de Banissirala B2 composé de 30 membres.

« Yeleen » a vu le jour dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet inclusif par l’ONG Yiriwa Bulonba/CERFADEL dans la commune rurale de Sirifila Boundi. Grace au dynamisme de ces responsables, « Yeleen » a réussi à développer une véritable relation d’affaires avec le SFD partenaire du programme (Nyèsigiso). C’est pourquoi, il a bénéficié pour la deuxième fois d’un prêt d’un montant de 5 946 000 F CFA auprès de la caisse partenaire Nyèsigiso. Ce deuxième prêt est consécutif à un précédent d’une valeur de 2 725 000F CFA. Signalons que le deuxième prêt a été octroyé au GD sans l’aide d’un ADC de Yiriwa Bulonba/CERFADEL. Les responsables de « Yeleen » ont pris l’initiative de démarcher la caisse Nyèsigiso en vue de l’acquisition d’un prêt. Cette démarche a été conclue par l’acquisition de 5 946 000F CFA sans aucune intervention d’un partenaire externe du GD.

Le dynamisme et la maturité des responsables de « Yeleen » les ont conduits à aider un membre d’acheter une machine de labour.

AVANT PROJET INCLUSIF

Avant le début des interventions de l’ONG Yiriwa Bulonba/CERFADEL dans la commune rurale de Sirifila Boundi, le groupement Yeleen « Non seulement n’étant pas structuré en association mais aussi les membres comptaient 40 à 45. Nous ne nous rencontrions que pour collecter les parts individuelles à payer. Et ces montants une fois collectés étaient répartis entre certains membres sous forme de crédits. Mais les crédits étaient vraiment insignifiants pour mettre en œuvre des AGR très rentables »

AVEC LE PROJET INCLUSIF :

Par le canal de son groupement, Mahamadou bénéficia d’un prêt de 500 000 F CFA qui lui permettra de compléter son argent pour acheter la machine.  

AVANTAGE ET EFFETS :

Aux dires de Mahamadou, l’appui du projet inclusif à son groupement lui a permis :

  • L’accès au prêt pour la mise en œuvre de ses activités. « J’ai compris qu’en se mettant ensemble avec les autres, on peut avoir ce que l’on ne peut pas étant seul »
  • Plus de location de machine pour labourer mes terrains,
  • La prise en charge de certains besoins familiaux, avec ceux qu’il gagne dans le labour des parcelles d’autrui.

DIFFICULTES RENCONTREES :

Comme difficultés rencontrées aujourd’hui dans la mise en œuvre de ses AGR, Mahamadou signale :

  • Le retard accusé dans l’acquisition des prêts qui, selon lui, n’est pas dû à son groupement, mais plutôt à la caisse,