I RESUME :

La mise en relation d’affaire est une étape très importante dans le processus de capacitation socioéconomique des Groupements Démunis (GD). Elle permet de faciliter l’affiliation du GD à un SFD de proximité dans le cadre d’un partenariat durable et profitable (aux deux partenaires).

L’ONG CAMIDE œuvre activement pour mettre en relation tous ses GD avec les institutions de microfinance évoluant dans sa zone d’intervention.  

Le présent document porte sur un cas de bonne pratique que l’ONG a identifié parmi les membres des GD bénéficiaires de refinancements de l’IMF Benso Jamanun dans le cercle de Yélimané.

 II PRESENTATION DE LA PROMOTRICE (CONTEXTE)

« Je n’avais jamais participé à un projet et je ne faisais pas d’épargne. J’étais mis à l’écart et personnes ne me considérais dans les activités collectives du quartier et même dans le village. Quand l’ADC de CAMIDE est venue dans le village, je n’ai pas eu l’information de participer à l’Assemblée Générale villageoise. Je suis partie chez le chef village pour m’informer sur le projet après l’AG. J’ai intégré un GD (Groupe Démuni) et depuis cette date, je travaille pour faire évoluer mon activité grâce aux crédits. Aujourd’hui, le projet Inclusif est devenu mon père et ma mère » dit Masseni Diarra.

Masseni Diarra est née en 1986 à Yélmané. Elle quitte l’école dès le niveau fondamental pour être mariée dans le village de Dougoubara, situé à deux (2) Km de la ville de Yélimané.

Mère de six (06) enfants et ayant huit (08) autres enfants adoptifs à sa charge, dont les âges varient entre 03 à 22 ans ; Masseni Diarra vit avec son mari dans le village de Dougoubara.

Elle a été encadrée par l’ONG CAMIDE dans le cadre de ses activités de capacitation socioéconomique des GD qui rentrent dans la Composante « A » du projet Inclusif. Elle est membre de Ngourdan Modian, un GD de femmes dans le village de Dougoubara.

L’ONG CAMIDE a identifié cette Dame à cause de la bonne utilisation qu’elle fait de ses prêts, du respect des échéances de remboursement et profit qu’elle en tire pour développer son activité. C’est une bonne pratique qui pourrait devenir un cas de succès si elle continue à professionnaliser son activité.  

III HISTORIQUE ET PRESENTATION DE L’EXPERIENCE (STRATEGE DE MISE EN ŒUVRE) :

Masseni Diarra résume son expérience en ces termes :

Je suis membre du GD Ngourdan Modian (un GD de la première génération crée en Décembre 2020) du village de Dougoubara dans le cercle de Yélimané.

J’avais suivi une formation en aviculture avant l’arrivée du projet Inclusif, mais je n’avais pas de moyens pour satisfaire à mes ambitions en aviculture.

J’achetais les poussins (1 à 2 têtes) pour les élever dans un poulailler traditionnel, situé dans ma cour. 

Au premier refinancement de notre GD par l’IMF Benso Jamanun, j’ai pris un prêt de 25 000F CFA que j’ai complété par les prêts internes que je prenais dans la caisse du GD (ces montant varient entre 5 000 F à 15 000 F sur une durée d’un mois) pour acheter 40 poussins au prix unitaire de 1 000 F CFA.

Au bout de 45 jours, j’ai commencé à vendre mes poulets au prix minimum de 5 000 F CFA par sujet, mais certains sujets sont restés plus longtemps car ils avaient pris du retard dans la croissance

J’ai aménagé mon poulailler en l’agrandissant afin d’augmenter ma capacité de production qui est arrivée actuellement à 40 poussins par cycle.

J’ai ensuite acheté une brebie avec le produit de la vente des poulets. Celle-ci a donné naissance à deux (2) petits béliers dont l’un a été vendu plus tard (au prix de 50 000 F CFA)   

Lors du deuxième refinancement du GD par Benso jamanu, j’ai pris un montant de 50 000 F CFA que j’ai complété pour acheter un (1) bœuf à 90 000 F CFA.

Au total je me suis retrouvée avec (2) têtes de bœuf car disposant déjà d’une (1) tête avant le projet.  

Après engraissement, j’ai vendu un (1) bœuf à 250 000 F CFA.

Les revenus générés ont permis de développer mes activités et d’améliorer le niveau de ma contribution dans les dépenses familiales.

Je rencontre souvent des difficultés dans l’aviculture. Ces difficultés sont liées la qualité de aliments que je paye sur marché et à la non adaptation du poulailler. Lors de mon dernier approvisionnement en poussins, j’ai enregistré 10 décès de poussins sur les 40 sujets.

Face aux difficultés, j’utilise les solutions à ma portée pour pouvoir continuer avec mon activité.

IV RESULTATS ACTUELS :

En résultats, nous notons :

  • L’engagement de Madame Masseni Diarra à faire évoluer son activité.
  • La bonne utilisation des prêts dans le cadre de son activité
  • L’accroissement du volume de l’activité et du revenu du ménage
  • La rénovation des infrastructures et équipements (construction de nouveau poulailler, achat des mangeoires, abreuvoirs, amélioration de l’aliment des poulets)
  • La participation de la femme aux dépenses du ménage
  • L’ouverture d’esprit de la femme vers l’entreprenariat

 V EFFET/ LEÇON :

« Grâce à son activité, ma femme parviens à s’occuper de ses dépenses personnelles et contribuer aussi à la prise en charge de certains besoins du ménage. Quand je suis dans le besoin, je n’hésite pas à prêter de l’argent avec elle pour acheter un sac de riz ou satisfaire tout autre besoin nécessaire du ménage » nous dit le mari, Ibrahima Maiga, Menuisier métallique à Yélimané. 

Les effets et leçons tirés de l’expérience sont :

  • La promotion de l’activité de la femme ;
  • L’accroissement des revenus de la femme et du ménage ;
  • Un exemple fort pour les autres membres du GD qui veulent développer leurs activités économiques à travers le refinancement des SFD.
  • Le refinancement d’une IMF peut booster les activités économiques des bénéficiaires s’ils en font un bon usage.
  • Le Projet Inclusif apporte son soutien aux personnes vulnérables dans les communautés.

 

  • FACTEURS DE DURABILITE ET REPRODUCTIBILITE :

La formation sur l’éducation financière est un moyen très important pour les bénéficiaires dans le choix des activités économiques et la gestion des prêts.

Le partenariat entre le GD et l’IMF (Benso-jamanu) garantit la durabilité de l’activité des membres en termes de besoin de financement.

L’action est reproductible par tous les membres du GD où d’autres communautés qui ont accès à une IMF pour le financement de leurs AGR. 

  • DEFIS/ TALENTS :

Le défi est de mieux organiser l’activité de la femme, l’appuyer pour qu’elle soit professionnelle et évoluer vers l’entreprenariat (choisir une seule activité qu’elle pourrait maitriser facilement).   

L’exemple doit servir à d’autres membres du GD et même ailleurs pour qu’ils entreprennent des initiatives de développement économique